WUP&LOVE TEMOIGNAGE MAGALI

AUJOURD’HUI JE PARTAGE LE SOURIRE DE MAGALI

DIS-MOI CE QUI NOUS A CONNECTE !

Comment m’as-tu connu ?
Je t’ai connu de nom d’abord, je veux dire par là que j’étais invitée à ton mariage, et je connaissais ton nom d’épouse, mais pour une raison inutile à développer, je n’y suis pas allée. Mon mari lui, y était.
Nous nous sommes croisées, ces dix ou quinze dernières années, à des dîners, sans avoir le désir de faire connaissance. A cette époque, je t’ai vu, je t’ai trouvé jolie, et c’est tout.
Le 9 Janvier 2015, je me suis retrouvée en première séance de Méditation Pleine Conscience, à Bayonne (Programme MBSR), parmi une dizaine de participants. Je ne connaissais personne.
Une très belle jeune femme a pris la parole et m’a touché, et immédiatement émue. Elle avait une perruque noire, les cheveux longs, pas de sourcil, une classe absolue. Personne ne connaissait personne. Ce n’était pas le but. C’était toi, mais je ne savais pas.
Je portais pour ma part un foulard coloré ; et j’observais ce public à tête nue, chacun avec son style et sa propre beauté. Ta fragilité, ton innocence, ta douceur infantile, ta beauté intérieure, illuminait la pièce.
J’étais en quatrième chimio, et toi tu devançais le parcours de soin de trois mois environ. En fin de séance, tu as dit que tu serais sans doute absente la semaine à venir en raison d’une intervention chirurgicale. L’idée que tu ne sois pas là m’était inconcevable. Ça m’ennuyait que tu manques, alors je suis allée te voir, pour te proposer de te voiturer, afin que tu sois là, avec nous, sentant que ton absence m’aurait manqué autant que le programme. Tu avais des choses à dire, je voulais les entendre.
Après quelques présentations, j’ai compris qu’on se connaissait, mais ce jour-là, nous nous sommes reconnues, dépouillée de notre passé, notre sac à dos émotionnel à terre, partageant la même épreuve, avec la même envie de voir grandir nos enfants. Nous étions prêtes à faire connaissance, pour du vrai. Nous sommes deux êtres Bluetooth, notre apparat respectif nous empêchait de nous connecter, c’est chose faite.

Qu’est-ce qui a retenu ton attention dans mon univers ?
Ta fragilité, ton authenticité, ton naturel bienveillant et ta souffrance si apparente et si touchante m’ont fascinée. Tu ressemblais à un oiseau blessé, avec de grandes ailes non déployées.
Puis, tes mots, des mots justes, ta force intérieure dans ton manteau de fragilité extérieure, ton honnêteté m’ont naturellement amené à venir te parler. Les êtres se connectent, nous étions juste encombrées jusqu’à ce moment que quelqu’un d’autre a choisi pour nous faire rencontrer.

Qu’est-ce qui raisonne entre nous ?
Notre expérience, notre vécu raisonnent au plus profond de notre être. Ce que tu as vécu, je l’ai vécu aussi avec quelques années de plus ; Notre chemin de vie en sinusoïdale, les épreuves de vie, personnelles, et la pathologie nous permettent de tout nous dire, parce que nous avons vécu les émotions les plus extrêmes : la joie, la tristesse, l’angoisse, la peur, la confiance, l’espoir, le doute, puis la joie de nouveau.
Il reste de tout cela la volonté de vivre, et l’envie d’avoir envie, d’être en vie et aussi notre petit grain de folie.

Qu’est-ce qui t’a décidé à partager un morceau de toi avec nous aujourd’hui ?
Je ne propose rien, mais je partage volontiers à qui veut entendre, lire ou écouter.
Ma vie a pris un tournant il y a 3 ans, en Octobre 2014. Je ne suis pas un cas isolé, on peut tous être un jour confronté à une mauvaise nouvelle. 3 ans plus tard, ma vie n’est pas un copié collé, et je préfère l’après que l’avant. Le pendant a été hard, mais c’était ma trajectoire, et j’ai fait une première rencontre : avec MOI
Partager, c’est accepter, et avancer.

Que puis-je t’apporter personnellement ou professionnellement ?
Eh bien même si j’ai fait connaissance avec moi-même, je ne l’ai pas fait toute seule !!!!
Pour se rencontrer, il faut une méthode, ou des méthodes, à chacun d’acheter une boite à outils, et d’apprendre à s’en servir. Pour apprécier sa trajectoire, ne pas trop dévier, rester sur son chemin, il faut un bon GPS ; Tu veux bien être mon GPS ? Personnellement, tu m’apportes ce que tu es, professionnellement ce que je deviendrai.

Que préfères-tu dans ce que je te propose (cocher) :
TOUT pour essayer et après je te dirai !!!

Mon Site Web
Mes réseaux Sociaux
Ma Chaîne Youtube
Ma Newsletter

DIS-MOI EN PLUS SUR TOI !

Ton prénom : Magali    Ton âge : 48

Tu vis dans quel coin du Monde : Anglet / Pays Basque / France

Quels sont tes moments préférés dans la journée en ce moment ?
Les moments qui arrivent et que je n’attendais pas.

Quelles sont les 3 fondements de ta vie :
Ma première respiration, un moment que j’aimerais revivre.
La première respiration de ma fille, qui a fait de moi une maman.
La seconde rencontre avec mon mari, qui était là en Octobre 2014 à l’annonce de mon cancer du sein et qui m’a accompagné dans cette épreuve. Pour moi l’épreuve, pour lui les preuves. Accompagner le patient est très difficile, trouver sa place, qui fut le plus patient des 2 ?

As-tu déjà vécu l’expérience que la vie t’enlève un de tes fondements ?
Je suis consciente que rien ni personne ne m’appartient, même pas moi-même. Je veux donc faire de mon mieux, pour garder ce que j’ai, c’est ça le bonheur peut-être. Il faut apprendre à se détacher, mais garder la conscience du souffle de vie.

En un mot, à tes yeux, tu es :
En plein chantier !!!! Mais la quincaillerie que je trimbalais tends à se réduire à une épicerie fine.

En un mot, aux yeux des autres, tu es :
Courageuse, mais ça m’agace. Aucun courage là-dedans, juste pas le choix, et envie d’avancer.

Qu’aimes-tu par-dessus tout ? Qu’est-ce qui te fait le plus vibrer dans ta Vie ?
Aujourd’hui, j’aime ma liberté.
Des moments me font vibrer, la pleine conscience m’a appris ça. Apprendre à saisir un instant, une phrase, un plat, un bon verre, un joli lieu, ou un savoir-faire, une belle rencontre ; J’aime aujourd’hui et par-dessus tout à ne plus m’obliger à faire semblant.

Sur une échelle de 0 à 10, dis-moi comment tu T’aimes ? Non franchement !! :
(1 : pas beaucoup et 10 : beaucoup beaucoup beaucoup !!!)

Je n’ai pas d’égo. Mais j’espère m’aimer de plus en plus et je fixe le 10 en objectif lorsque je serais grand-mère.

RACONTE-MOI TON HISTOIRE !

Qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? Raconte-moi ton histoire :
Un jour, lors d’un apéritif, quelqu’un que j’apprécie a dit : « Il vaut mieux un divorce qu’un cancer ».
J’avais déjà opéré mon changement, car au risque de gâcher l’apéritif, je lui ai répondu « Comment peut-on dire un truc aussi con ! » c’était une maladresse, et il a été malheureux d’avoir dit ça. Vous l’avez compris, j’ai vécu les 2.

Comment l’as-tu vécu sur le moment ? Quel âge avais-tu ?
Le divorce, en 2001, je l’ai voulu. J’avais 30 ans ; C’est une épreuve, mais on n’en meurt pas. On ne s’enrichit pas non plus… (Financièrement parlant… car humainement, oui)
L’annonce du cancer du sein, en Octobre 2014 fut un choc pour tout le monde. Ça n’a pas touché que moi mais mes proches aussi, mes collègues de travail. Une simple mammographie, et j’étais chez l’oncologue 5 jours plus tard. Ses mots ont été «  Faites vous une petite coupe courte, et ça va être difficile  », puis elle m’a arrêté un an, pour commencer.
Ma tumeur avait 4 mois, 5 cm, comme la lettre recommandée que m’a envoyé ma mère pour m’intenter un procès d’héritage. Je ne la rends pas seule responsable, le mal couvait, depuis l’enfance.
J’ai compris avec la méthode EMDR, que l’on construit sur ses traumatismes et que l’inconscient a ses limites de capacité de stockage. Le mien a buggé parce que ma mémoire était pleine. L’éponge émotionnelle ne pouvait plus rien absorber. Je me souviens avoir eu des pensées sombres, en démarrant ma journées après cette lettre et avant ma pathologie. Je me disais, combien de temps encore, à faire toujours la même chose, pressée par le temps et les contraintes domestiques. J’avais 45 ans.

Quelles difficultés as-tu eu le plus de mal à affronter ? Comment es-tu parvenu à les dépasser ? à trouver la force de continuer ?

La première difficulté a été « les autres ».
Dans un contexte de divorce comme dans celui d’un cancer, les autres se rassurent maladroitement en voulant tout savoir. Ce n’est pas toujours méchant, mais c’est tellement usant, d’entendre les histoires de leurs copains qui sont morts et qui se sont bien battus…
Ce fut l’occasion de, enfin, faire poser un magnifique portail en inox devant notre maison. Je voulais stopper l’entrée des ondes négatives et voir à qui j’ouvrais. Le temps passé à rassurer tout le monde est du temps perdu pour s’occuper pleinement de soi. J’ai dépassé cela le jour où j’ai compris au premier IRM que la tumeur ne régressait pas, et qu’il fallait que je pratique le REPLI SUR MOI.

Y a-t-il quelque chose qui t’a manqué et qui t’aurait été aidant ?
J’ai eu beaucoup de chance, personne n’a baissé les bras, mon mari a été là, sa famille compréhensive.
Ma fille de 20 ans aujourd’hui a eu des mots justes et une énergie admirable pour transformer l’année de ses 17 ans en une batterie de succès (BAC, permis, BAFA, entrée en école d’architecture à Paris). Personne ne s’est apitoyé. L’énergie était partout présente car la vie continue, il faut ACCEPTER, car l’épreuve est personnelle. Je l’ai très vite compris.
Tu connais mon oncologue, elle m’a dit, entre autre : « Vous êtes bonne élève, et pas idiote », je l’ai pris comme un compliment, c’en était un, de cette femme brillante, et si proche de nous. Se mentir ne sert à rien.
Ma mère n’a jamais pris de nouvelles, elle vit à 30 km. Grâce à elle, j’ai participé à un atelier d’écriture, passant du rire aux larmes, pour déverser ma colère, ma haine, ma tristesse, Puis j’ai tout mis au panier, et j’ai finalement écrit des paroles de chansons, c’est tellement plus agréable et constructif. Merci AGNES.
J’ai finalement écrit à ma mère, mais en paix, juste pour lui dire que je faisais le choix de ne plus vouloir la voir. Mais, j’ai choisi, enfin libre.
Les ateliers de la ligue contre le cancer m’ont beaucoup aidé.

Que faisais-tu pour te changer les idées ? te vider la tête ? lâcher-prise ? prendre du recul ? tenter de gérer la situation ?
Alors j’ai fait plus pendant mes traitements et ces trois dernières années, que pendant les 30 ans qui ont précédés : marche à pied (chemin de Saint Jacques), yoga, MBSR (programme de méditation pleine conscience), Théâtre, atelier d’écriture, méthode EMDR (sorte d’hypnose), acupuncture, aromathérapie, atelier tofu, une vingtaine de séries TV , si possible en VO sous-titrée pour m’obliger à garder la concentration et ne pas psychoter (Pretty Little Liards, Devious Maid, The Good Wife…) franchement, c’est une belle occasion pour se mettre à jour !
J’ai fait du vide aussi, dans les placards, dans la maison, repenser l’espace…

Ton entourage a-t-il été à la hauteur pour toi ? Qu’aurais-tu eu besoin pour être plus soutenu ? As-tu le sentiment que leur regard a changé ou en as-tu peur ? Un conseil ou une idée à donner ?
Définitivement oui, mais je n’ai peut-être pas laissé le choix. Et j’ai fait du ménage autour de moi. MOINS ET MIEUX !
Je n’attendais pas qu’on soit à mes pieds, sous prétexte que je n’étais pas au top. La pitié est le pire des sentiments à vivre. Je n’en voulais pas.
Je n’ai de toute façon pas le temps de donner à tout le monde, étant donné que je prends plus de temps pour MOI.
Conseiller, non, car je cite notre maître en méditation « Ne pas conseiller, ne pas juger, ne pas nuire ».
Je me fiche du regard des autres, et à la vérité, je n’ai pas changé, je suis devenu qui j’étais après m’avoir dépoussiéré. Je m’étais éloigné de moi-même par trop de tout (trop de monde, trop d’obligations, trop de politesse, trop de perfection…) Ça peut choquer, mais je ne peux plus faire autrement. Je m’accapare !!!
En revanche je donne de mon temps pour KABE, l’association KEEP A BREAST, engagée dans la sensibilisation au dépistage du cancer du sein.

Quel a été le point de bascule vers le mieux ? Comment es-tu parvenu à reprendre goût à la Vie ?
Evidemment, l’annonce de résultats encourageants aide.
Mais je crois que ce qui aide surtout, c’est d’apprendre à se détacher du résultat et à reconsidérer ses priorités.
Accepter, s’accepter, faire avec, faire sans, mais toujours être honnête et ne pas se mentir.

Comment le vis-tu maintenant ? Qu’est-ce qui a changé depuis dans ta Vie ? Qu’en retires-tu ? Quelles sont les clés, tes étincelles, que tu souhaites partager pour illuminer les autres dans leur Vie (conseils, anecdotes, livres, site web, techniques ou personnes inspirantes, motivantes…) ?
Ce qui a changé, c’est ma conscience de l’instant présent et de la futilité de la vie.
Programmer m’est devenu difficile, je préfère laisser la vie se dérouler. Bien-sûr il faut rester les pieds sur terre, on ne vit pas d’amour et d’eau fraiche. Il s’agit donc de revoir ses priorités, y compris financières, se remettre au centre et ne pas être le visiteur de sa vie. Des livres m’ont aidée, des émissions, des rencontres, et surtout l’air frais de l’océan chaque matin. Je repars sur les routes de Saint Jacques avec mon mari fin Octobre, pour « cheminer ».

Quel est le meilleur conseil que tu ais reçu durant ton épreuve :
Ce n’est pas un conseil, ce sont les mots de l’oncologue, sa franchise, tout au long du parcours. Lors de l’annonce elle m’a demandé si j’avais des questions, et je n’en avais qu’une : « Qu’est-ce que je dis à ma fille ? »
Elle m’a répondu :
« La vérité, sans gravité »
Pour le conseil, ce serait celui du chirurgien : bouger, marcher, faire du sport…et s’éloigner le plus possible d’Octobre 2014.

As-tu une anecdote surprenante à partager :

Oui, je dis souvent que je ne voulais pas porter ma perruque, car avec un foulard, on découvre un monde de bienveillance incroyable ; Ma fille me disait toujours, « Maman, mets ton foulard, on passera plus vite en caisse » ; On a même réussi à emporter des gâteaux à la boulangerie sans payer, je n’avais pas de monnaie, et la patronne ne voulait pas me faire de peine. Finalement c’était chouette de porter ma petite collection de jolies foulards en soie, moi qui adore ça.

Qu’est-ce qu’il te manquait dans ta Vie que cette épreuve à révéler en toi finalement ?
Ah, Il me manquait l’épreuve elle-même. Le fait d’entendre que ce n’était pas opérable, que ce serait long, et difficile. C’est dans l’épreuve que l’on se révèle. J’avais peur de tout, pour rien. Je ne dirais pas que je n’ai plus peur de rien mais je relativise.

Quelles sont tes étincelles aux yeux des autres :
Ah là, permets-moi de te laisser répondre à ma place…

C’est moi Valérie !! Alors là je vais répondre à ta place comme c’est si gentiment demandé ?
Tes étincelles aux yeux des autres sont nombreuses et surtout ressourçantes : un sourire radieux, un visage lumineux ouvert sur le Monde empli de Liberté par tant d’ouverture, une bonté et une franchise tellement bienveillantes, tes yeux pétillent de vie et d’envie de vivre et tous ceux qui croisent ton regard sont instantanément gorgés de cette essence pure. Tu respires l’Amour de Soi et des Autres, le parcours que tu as bientôt bouclé l’a intensifié bien au-delà de ce que tu aurais pu imaginer, tout comme moi, ça se retrouve dès ta première réponse dans ton témoignage. Les personnes qui ont et auront l’opportunité de croiser ton chemin seront remplis d’une énergie exceptionnelle que tu es ! J’ai l’immense privilège de le vivre presque au quotidien avec toi ma poussinette. Tes étincelles nous allument et nous font avancer encore et encore, même quand c’est trop dur… Merci.

Quelles sont tes étincelles à tes yeux :
L’envie de vivre et de connaitre mes petits-enfants.

PARTAGE AVEC NOUS TES ETINCELLES DE VIE !

Que fais-tu pour te mettre tout de suite en Joie ? Quel est ton Secret de Joie ?
Je remplis mon agenda de tout ce qui me fait du bien, et les créneaux libres, je veux bien les partager.
Avant je faisais l’inverse, et j’ai explosé en plein vol, il n’y avait plus aucun créneau pour moi…
Mon secret de joie est très égoïste, je fais des trucs pour moi…

Que fais-tu pour transmettre de l’Amour au monde ? Quel est ta potion magique d’Amour ?
Je suis spontanée, cash… ceux que j’aime, je les aime vraiment. Et quand je vais moins bien, je me cache, je ressors quand je peux apporter du positif. Je m’investis dans l’association KEEP A BREAST, j’essaie d’écouter plus, de parler moins, ce n’est vraiment pas facile….
Je suis fidèle, je pense que je suis une bonne oreille, et ma maison est ouverte, mais ça reste chez moi !!!!

Que fais-tu quand tu as un moment de folie dans ta sagesse ?
J’achète des éclairs chocolat et café, et je les engloutis, puis je cache les emballages, vite, vite, vite…

Qu’est-ce qui te fait éclater de rire en 2 secondes ?
Les jeux de mots idiots, les chutes des autres évidemment, sur le coup… et mes propres maladresses d’ailleurs, je suis étourdie, dans la lune, je me cogne dans les vitrines, je trébuche et j’ai mal après !!!!!

Tu as tes « 4 accords toltèques » à toi ? Tes « 3 kiffs par jour » à toi ? Tes petits plaisirs simples de la vie ? Tes petits trucs et astuces pour rester positif(ve) et souriant(e) ?
Ben j’ai les 4 accords toltèques à l’esprit, d’ailleurs je fais de mon mieux en répondant à tes questions …et même si ça me concerne, je n’en fais pas une affaire personnelle. Je ne suppose rien de ce que vont penser ceux qui vont lire, même si ma parole peut ne pas sembler impeccable…cf. ce que je dis sur ma mère, mais c’est mon histoire, j’en dis ce que je veux.
Je prends la vie comme elle vient, mais je reste assez organisé et consciente des besoins de la famille. Je ne suis pas toujours positive mais je me soigne… Le plus vite possible… J’appelle mon homéopathe et je prends des boules blanches.

Ton mantra ou ta phrase du moment :
« La vie c’est ce qui arrive quand tu avais prévu autre chose »
« C’est bon…ça va…. »

Ton +++ alimentation pour être en santé que tout le monde devrait connaitre :
L’extracteur de jus, d’ailleurs je te l’ai fait acheter.
Le vitaliseur MARION, cuisson vapeur 95 °, je vais te parrainer !

Que faudrait-il pour que le Monde se réveille ? Quelle solution simple et efficace proposerais-tu ?
Des diffuseurs d’ondes positives, on n’en trouve peu sur le marché.
Il faut donc que chacun s’y mette, ça part donc de chacun d’entre nous…
Le monde c’est 1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+……..

Qu’est-ce qui te rend heureux(se) aujourd’hui que tout le monde devrait savoir pour l’être aussi :
D’avoir pris 3 ans de plus et de m’aimer plus…

Quel est ton plus grand rêve :
Voir ma fille en robe de mariée

POUR FINIR JE SOLLICTE TES 5 SENS A L’INSTANT PRESENT

Quelle saveur a ta Vie aujourd’hui : acidulé
Quel parfum préfères-tu aujourd’hui : celui du gâteau maison et l’odeur du bébé…
Quelle est ta vision de ta Vie aujourd’hui : carpediem
Quelle mélodie te fait vibrer aujourd’hui : goizian, chanté par mon mari
Qu’est-ce qui te fait te sentir vivant(e) aujourd’hui : ma respiration, j’en ai conscience

Que te manque-t-il aujourd’hui dans ta Vie pour te sentir aligner, complétement en phase avec toi-même et déployer tes ailes ?
Encore au moins 48 ans de pratique et de sagesse…
Quel est le verbe qui t’inspire pour te définir aujourd’hui : RESSUCITER

Quel(s) thème(s) souhaites-tu que j’aborde prochainement : ETRE SOI, ET LE RESTER
MERCI A TOI MA POUSSINETTE

logo aile valerie carchi

Cet interview témoignage t’a inspiré ? 

Je veux témoigner à mon tour et contribuer

Je m’inscris au magazine mensuelle gratuit Wake Up & Smile 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire